Reines des bois,

Laissons-nous conter...

Il était une fois le Fayard du Puy du Fau, campé à la cime du champ du Roc, dans les Combrailles.

C’est aujourd’hui le plus vieil arbre du canton. Ce fayard, « l’arbre aux fées (les fayes)», était pour nos ancêtres un arbre sacré. Des légendes, contées depuis plusieurs générations furent reprises et divulguées au temps des veillées.

Nous sommes encore nombreux à nous confier au Fayard, il fait partie de notre imaginaire collectif, il nous protège, nous inspire, nous relie à nos ancêtres, nous régénère.

C’est donc naturellement que j’ai choisi de me mettre sous sa protection pour démarrer cette aventure, être paysanne-herboriste. Les aspérules odorantes, les reines des bois, font partie de son biotope, elles poussent à ses pieds, en symbiose. Ces plantes médicinales apaisantes enchantent nos sens, délicates au regard comme au nez. Les reines des bois évoquent également les fées des légendes d’antan, les esprits de la nature, les arbres, les plantes médicinales… Et lorsque j’ai cherché un nom pour incarner ma nouvelle activité, le nom s’est imposé : Reines des Bois.

Si ce Fayard m’inspire depuis toujours, d'autres rencontres guidèrent mes pas :

Pierre Rabhi rencontré au mas de beaulieu, son amour pour la terre et sa beauté,

Perrine et sa forêt jardin du Bec Hellouin, sauvage et prospère,

Thierry Thévenin, paysan-herboriste mais aussi conteur-herboriste, botaniste, ...

Quant à la gemmothérapie, elle m'est apparue naturelle, évidente.  Avant même ma formation de cueilleur-producteur de plantes médicinales à Marmilhat, qui fut riche en savoirs, rencontres et expériences, je savais qu'elle serait au coeur de ma nouvelle vocation, paysanne-herboriste.

La gamme de Gemmothérapie,

Une production en conscience

Ma production actuelle de plantes médicinales et aromatiques comprend des tisanes, prochainement des eaux florales, mais pour débuter, j’ai choisi de me concentrer principalement sur une gamme complète en Gemmothérapie que vous trouverez sur ce site.

Je propose des macérats-mère concentrés, produits en conscience, de la cueillette à la transformation.

Côté recette, je retiens les ingrédients de base de la formule mise au point par les précurseurs, à base d’alcool, de glycérine et d’eau peu minéralisée, 15% de bourgeons frais, jeunes pousses ou radicelles selon les espèces et une dynamisation manuelle journalière pendant un  minimum de 3 semaines. 100% des ingrédients sont bio.

Côté cueillette, quelques règles essentielles : changer de site, choisir des sites protégés de la pollution, ne jamais cueillir les bourgeons apicaux, jamais plus d’un bourgeon sur trois... Respecter les arbres,  les remercier, cueillir en conscience.  Naturellement la cueillette se fait dans un esprit de sauvegarde et de respect de la diversité écologique du milieu.

Mais aussi mettre les bourgeons en macération sur le site de cueillette pour conserver toute leur énergie et leur fraîcheur.

Côté culture, je m'inspire des préceptes de l’agroécologie, ou agriculture biologique. Mon principal outil, une grelinette afin de ne pas perturber la vie du sol, et sinon paillage, compost, si besoin quelques extraits de plantes (ortie, consoude, prêle...), de l'huile de coude, et le bonheur de travailler avec la terre et le vivant.

La concentration optimale de ces macérats-mère, et le soin apporté tout au long de leur fabrication, permet de potentialiser les effets des plantes, quelques gouttes suffisent. Le plus souvent inutile de dépasser 6 à 7 gouttes par jour, parfois 1 goutte peu suffire. Un seul macérat de gemmothérapie  vous permet de réaliser une cure de 3 mois, en faisant une interruption d'une semaine toutes les trois semaines. Certaines plantes peuvent vous accompagner au long cours, vous ressourcer quand vous en avez besoin. Demander conseil à votre thérapeute.

Que les Reines des Bois vous accompagnent,

Caroline Michon

Paysanne-herboriste